Home > Actualités > OGM : Procès des faucheurs volontaires de Dijon : la justice ...
Partager sur :
15.11.2018

OGM : Procès des faucheurs volontaires de Dijon : la justice contre le lobby des OGM ?

15.11.2018 -
Après l'arrêt de la Cour de justice européenne (CJUE) sur les OGM, rendu le 25 juillet dernier, les stratégies des industriels se dévoilent : lobbying pour modifier la réglementation européenne afin d'en exempter leurs nouveaux OGM et en même temps discours mensonger prétendant que tout sera OGM si on suit l'arrêt de la Cour. C'est dans ce contexte que s'ouvre aujourd'hui et pour deux jours, à Dijon, le procès d'une quarantaine de faucheurs volontaires poursuivis pour avoir neutralisé, en Bourgogne en novembre 2016, deux plateformes d'essai en plein champ de colza rendu tolérant à des herbicides. Il s'agit de plantes OGM obtenues par mutagenèse qui posent les mêmes problèmes sanitaires, environnementaux et de confiscation des semences par les brevets que les OGM transgéniques rendus tolérants au glyphosate par Monsanto.

 La CJUE a confirmé que tous les organismes obtenus par mutagenèse sont des OGM. Elle a ensuite rappelé que seuls les organismes obtenus par « des techniques/méthodes de mutagenèse qui ont été traditionnellement utilisées pour diverses applications et dont la sécurité est avérée depuis longtemps » peuvent être exemptés de l'application de la réglementation européenne, mais que les États peuvent les réglementer au niveau national « dans le respect du droit de l'Union, en particulier des règles relatives à la libre circulation des marchandises ».

Les colzas Clearfield neutralisés par les faucheurs volontaires n'ont pas été obtenus uniquement par des techniques traditionnelles de mutagenèse, comme le prétend l'entreprise BASF, mais aussi en multipliant in vitro au laboratoire des cellules de pollen transformées ensuite en nouvelles plantes sans avoir fécondé aucune fleur, technique totalement contre nature qui n'est pas exemptée de l'application de la réglementation OGM européenne.

La Confédération paysanne attend avec impatience la tenue de ce procès au cours duquel la justice va avoir à se prononcer pour la première fois sur un dossier concernant des OGM après l'arrêt rendu par la CJUE. Elle apportera son soutien aux faucheurs volontaires, lanceurs d'alerte auxquels la CJUE a donné raison.

La Confédération paysanne s'est toujours donnée comme objectif d'aboutir à la transparence complète sur la fabrication des semences et à l'autonomie semencière des paysannes et paysans. C'est pourquoi, elle revendique l'application immédiate de l'arrêt de la CJUE, notamment au colza Clearfield, l'information sur toutes les méthodes d'obtention et l'interdiction des variétés rendues tolérantes aux herbicides.


Crédits photos : C.P.N.
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Savoie -
40 rue du Terraillet 73190 St Baldoph
Tel : 04 79 60 49 14 OU savoie@confederationpaysanne.fr